CHOCOTTES TALKING BLUES

 

FrŹres humains qui aprŹs moi vivrez

Ayez souvenance de mon malheur

Je suis né avec une triste infirmité

Celle de toujours avoir peur

Face au moindre incident de la vie

Je m'désagrŹge, je m'désunis

Je suis trouillard, couard, pétochard

J'ai les floppettes, les foies, la riclette

Autant qu'il m'en souvienne ou j'imagine

Ca m'a pris quand j'étais tout petit

Mźme si, dans ma vie intra-utérine,

J'ai vécu quelques jours sans souci

Je squattais le ventre de ma mŹre

Heureux au chaud, nourri, logé

Mais un jour ce fut ma premiŹre misŹre

La sage-femme a gueulé, je m'suis fait expulser

 

Chocottes blues baby....

 

Les chocottes, j'vous jure j'avais les chocottes

Je m'suis tiré comm'un lav'ment

M'cacher dans les bras de maman

 

Mon enfance a passé, j'vous dis pas mes soucis

En découvrant chaqu' jour les horreurs de la vie

J'avais peur de l'orage, peur des loups-garous,

Peur de Mireille Mathieu et de Michel Sardou

Quand j'ai eu quinze ans, comm' j'étais trŹs mignon

J'ai intéressé une copine de ma grande soeur

Viens chez moi, maint'nant t'es un grand

garćon

J'vais t'montrer comm'on joue au docteur

Elle avait acheté du nectar d'abricot

Des biscuits rosette de la Migros

Pardonnez-moi ce récit d'un érotisme fou

Mais ce soir faut vraiment que je vous dise tout

Quand tendrement elle m'a pris sur ses genoux

Je n'avais déją pas trop le moral

Mais quand ell' m'a embrassé sur la joue

lą, carrément, je me suis senti mal

 

Chocottes blues baby...

 

Les chocottes, j'vous jure j'avais les chocottes

Je m'suis tiré comm'un lav'ment

Bien vite retrouver ma maman

 

AprŹs cette aventure, quelques années plus tard

Tout fier d'źtre un grand, je suis dev'nu citoyen

Pour la premiŹre fois, les élections quelle histoire

En tremblant j'ai rempli mon bulletin

Devant l'importance de ce geste civique

J'étais sans force, vidé, paralytique

Fallait-il voter libéral, nom d'un chien,

Ou fallait-il voter parti radical chrétien?

Dans l'isoloir je suais ą grosses gouttes

De ce choix cruel dépendait tout' ma vie

Il fallait me décider coěte que coěte

Mais j'avais plus d'salive pour coller l'estampille

En votant radical j'ai résolu ce dilemme déchirant

Mais j'avais eu si chaud, je n'sentais plus mes burnes

Quand j'suis sorti hagard et titubant

Une nouvelle fois j'ai raté la fente de l'urne

 

Chocottes blues baby...

 

Les chocottes, j'vous jure j'avais les chocottes

Je m'suis tiré comm'un lav'ment

Bien vite retrouver ma mamanu’un défaut, c’est pas rigolo,

Elle ne peut plus me blairer

 

Elle dit que j’l’ennuie avec ma moto

Que j’sais juste parler avec mes biscotos

Elle veut d’la tendresse, des jolis mots autour

Alors je crie Au secours